« Paroles…Saied darwich et autres » de Oussama Farhat Mardi 20 aout 2019

55ème édition du Festival International de Carthage

« Paroles…Saied darwich et autres » de Oussama Farhat

Mardi 20 aout 2019

Théâtre romain de Carthage

Ils étaient tous là les poètes tunisiens qui ont marqué ces dernières décennies par leur poésie chargée de rêve, d’espoir mais aussi de désenchantement, sur les traces des grands compositeurs et poètes arabes dont l’œuvre globale et une quête perpétuelle de la liberté et de la dignité. Et pour cause, la soirée de Oussama Farhat mardi 20 aout 2019 au Théâtre romain de Carthage dans le cadre de la 55ème édition du Festival International de Carthage est une révérence à Saied Darchich et à plusieurs autres chantres de la chanson engagée dont Zakaria Ahmed, Sghaier Ouled Ahmed, Cheikh Imam, Ahmed Foued Najem, Hedi Guella, Hamadi Laâjimi, Hamadi Boulares…

Une soirée très particulière avec un public très averti dédiée à tous ceux qui ont connu ou admiré ces poètes, infatigables militants en faveur des causes justes et qui ont célébré par le chant et les sonorité la patrie avec fougue et un amour sans limite.

Des chansons d’amour mais aussi de contestation qui ont rappelé au public les années 80 et 90 au cours desquelles Cheikh Imam sillonnait la Tunisie avec des escales dans presque chaque faculté où il était reçu comme un symbole du militantisme. Ce fut aussi la période au cours de laquelle Hamadi Laâjimi, parti trop jeune à cause d’une fâcheuse maladie, s’entourait des siens dans les cafés de Tunis à l’Univers et Chez les nègres pour parler de ses écrits avant de les chanter à la Maison Ibn Rachiq où ailleurs. Une belle époque sans aucun doute que Oussama Farhat est venu reproduire sans nostalgie, parce que les temps changent, tout en y injectant son art de compositeur avec son style personnel reconnaissable parmi tant d’autres.

Avant de chanter ses propres chanson, Oussama Farhat, a invité sur scène Imen Mohamed qui a magistralement ouvert la soirée avec un hyme à la Tunisie à travers la chanson Enti Echarq Wal Ghareb » de Latifa Arfaoui avant de céder la scène à celui qui fut le compagnon de Hedi Guella pendant sa période d’exil en l’occurrence Noureddine Kallel qui a présenté au public un Mawel suivi de la célèbre chanson Ahouda Alli Sar de Saied darwich que tous les grands chanteurs arabes ont interprétée.

La soirée fut une cascade de perles musicale avec Yasser Jradi qui a chanté Dima Dima , Nasmaa Fih Ighanni, Chbik Nsitini et Tous unis, du célèbre chanteur cubain Carlos Puebla. Et c’est avec cette même charge d’émotion que la soirée s’est prolongée très tard dans la nuit avec Lobna Nooman et sa troupe Hess, suivie de Jamel Guella qui a interprété l’inoubliable Babour zammar de Hedi Guella avant de céder la scène à la troupe Al Baht Al Moussiki de Nebrass Chamam qui a cloturé la soirée en beauté avec des chansons tirées du répertoire de cette troupe.

previous arrow
next arrow
ArrowArrow
Slider

 

FEATURE POST