Conférence de presse de « Monopole » de Gouth Zargui Une coproduction entre le Festival International de Carthage et le Centre des Arts Dramatiques et Scéniques de Kasserine

Conférence de presse de « Monopole » de Gouth Zargui Une coproduction entre le Festival International de Carthage et le Centre des Arts Dramatiques et Scéniques de Kasserine

Mercredi 08 août
Hôtel Laico Tunis

 

La 54 ème édition du Festival International de Carthage a organisé mercredi 08 août à l’Hôtel
Laico Tunis une conférence de presse consacrée au spectacle « Monopole » une
coproduction entre le Festival International de Carthage et le Centre des Arts Dramatiques et
Scéniques de Kasserine qui sera présentée en première samedi 11 août 2018 à 20h00, en
clôture de Mad’art Carthage.
« Monopole » est une pièce mise en scène par Gouth Zargui et interprétée par Taumadher
Zrelli, Ahmed Taha Hamrouni, Seif Aloui et Karim Rouafi et Khaled Maouani .
Lors de la conférence le producteur de « Monopole » M. Taoufik Gassoumi a souligné
l’importance que revêt pour les artistes cette coproduction entre la direction du Festival
International de Carthage et le Centre des Arts Dramatiques et Scéniques de Kasserine. «
Une coopération fructueuse et pionnière dans l’histoire du Festival qui ne manquera pas
d’insuffler une nouvelle dynamique au théâtre régional » a-t-il souligné.
En ce qui concerne la pièce « Monopole » son metteur en scène Gouth Zargui a déclaré qu’il
s’agit d’un travail d’équipe basé d’une part sur l’improvisation et d’autre part sur la
recherche. C’est un essai de théâtre abstrait ou tend vers l’universel » a t-il dit
Pour sa part la comédienne Taumadher Zrelli a fait savoir que la pièce « Monopole »
représente l’Homme dans tous ses états déchiré qu’il est entre deux mondes différents.
Il est à noter que le Centre des arts dramatiques et scéniques de Kasserine est un nouveau
joyau de Kasserine inauguré durant les Journées théâtrales de Carthage en 2017 pour
contribuer à la promotion du secteur culturel à travers la création des spectacles et dont la
pièce « contrebande » de Taieb Malaiki en est la première création.

 

FEATURE POST